06 03 85 04 34

Stratégie : seul est vaincu celui qui renonce

Histoire de mettre du cœur à l’ouvrage en cette période de reprise. Histoire de montrer que certains romans peuvent aussi être des sources d’inspiration pour conduire nos actions de management au quotidien. Histoire de partager avec vous un » morceau choisi » d’un de mes livres lus cet été.

Le « Manuscrit Retrouvé”, le dernier ouvrage de Paulo Coelho, auteur de plus de quinze livres, (L’alchimiste, Onze minutes, Le pèlerin de Compostelle…), membre de l’Académie des Lettres brésilienne et Messagers de la Paix des Nations Unies nous invite à reconsidérer certaines idées toutes faites, à nous questionner sur certaines valeurs existentielles comme la loyauté, l’avenir, la réussite, le changement, la reconnaissance, la solitude… Autant de sujets auxquels tout leader peut être sensible.

Un beau passage que celui « des défaites et des victoires »… Et bien que le contexte historique du livre soit celui d’une bataille guerrière, d’intéressants parallèles peuvent être faits à tout type de combats…comme je peux le constater dans bon nombre de coaching que je conduis.

Voiçi l’extrait en question :

« La défaite lors d’une bataille ou la perte de tout ce que nous pensons posséder nous causent des moments de tristesse. Mais une fois ceux-ci passés, nous découvrons la force inconnue qui existe en chacun de nous, la force qui nous surprend et accroît notre respect de nous-mêmes.

Nous regardons autour de nous et nous nous disons « J’ai survécu. ». Et nous nous réjouissons des mots prononcés. Seuls ceux qui ne reconnaissent pas cette force disent : « J’ai perdu. » Et ils en sont attristés.

D’autres, même souffrant de la défaite et humiliés par les histoires que les vainqueurs répandent à leur sujet, se permettent de verser quelques larmes mais ne se plaignent jamais. Ils savent seulement que le combat a été interrompu et que pour le moment ils sont en situation d’infériorité.

Ils écoutent les battements de leur cœur. Ils constatent qu’ils sont tendus. Qu’ils ont peur. Ils font un bilan de leur vie et découvrent que, malgré la terreur qu’ils ressentent, la foi continue de brûler dans leur âme et de les pousser en avant. Ils cherchent à savoir où ils se sont trompés et où ils ont visé juste.

Ils profitent du moment où ils sont à terre pour se reposer, soigner leur blessures, découvrir de nouvelles stratégies et mieux s’équiper.

Et puis arrive un jour où un nouveau combat se présente. La peur est toujours là, mais ils doivent agir – sinon ils resteront à tout jamais couchés sur le sol. Et, si la victoire n’est pas pour cette fois, ce sera la prochaine. Et si ce n’est pas pour la prochaine, ce sera pour plus tard. Le pire n’est pas de chuter, c’est de rester au sol.

Seul est vaincu celui qui renonce. Tous les autres sont victorieux.

Et le jour viendra où les moments difficiles ne seront plus que des histoires qu’ils seront fiers de raconter à ceux qui voudront les entendre. Et tous les écouterons et apprendrons trois choses importantes :

– La patience d’attendre le bon moment pour agir.

– La sagesse de ne pas laisser échapper l’occasion suivante.

– La fierté de leurs cicatrices.

Les cicatrices sont des médailles gravées au fer et au feu dans la chair, et elles effrayeront leurs ennemis, leur montrant que la personne qui est devant eux a une grande expérience de combat. Cela les conduira très souvent à rechercher le dialogue et évitera le conflit.

Les cicatrices parlent plus fort que la lame du couteau qui les a causés » (1)

A bientôt.

Olivier Lowes

(1) Paulo Coelho « Le manuscrit retrouvé ».Flammarion. 2013. Page 29 et 30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.